Le Réchauffement climatique

Espace de discussion regroupant tous les aspects du Réchauffement climatique.Confrontation à l'amiable entre toutes les positions en la matière.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Nina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alain
Admin
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 01/03/2008
Localisation : Belgique

MessageSujet: La Nina   Jeu 20 Mar - 15:12

Citation :
« La Niña », terme espagnol qui signifie « la petite fille », désigne l'apparition d'eaux plus froides que la normale dans l'est et le centre du Pacifique. Ce phénomène, parfois aussi appelé El Viejo, anti-El Niño, ou simplement « épisode froid », est l'antithèse d'El Niño, qui, lui, désigne des eaux plus chaudes que la normale dans cette même zone.

Au début du siècle, on n'avait pas encore établi de relation entre La Niña, El Niño et d'autres régimes météorologiques. Pendant les années 20, le chef du service météorologique de l'Inde, Sir Gilbert Walker, a détecté des régularités dans les régimes des pluies en Amérique du Sud. Cette découverte l'a conduit à formuler l'hypothèse d'autres associations avec ce changement des températures de l'océan, et avec les changements de pression atmosphérique mesurés à des stations situées des deux côtés du Pacifique (Darwin, en Australie, et Tahiti).

Remarquant que, à mesure que la pression monte dans l'est, il y une baisse de la pression dans l'ouest, et inversement, il a forgé le terme d'Oscillation australe pour décrire sa découverte.

Des études supplémentaires ont mis en évidence que les saisons de la mousson en Asie, sous certaines conditions barométriques, étaient souvent liées à des sécheresses en Australie, en Indonésie, en Inde et dans certaines régions d'Afrique, ainsi qu'à des hivers plus doux dans l'ouest du Canada.
(Effets planétaires & Effets au Canada)

Ce n'est que vers la fin des années 60 qu'un météorologiste norvégien, Jacob Bjerknes, professeur à l'université de Californie, a établi une relation entre, d'une part, les changements de la température de surface de la mer et, d'autre part, les vents faibles de l'est et les fortes pluies qui accompagnent les conditions de basse pression.

Plus tard, la découverte de Bjerknes a permis de déterminer qu'il y a une interrelation entre les eaux chaudes d'El Niño (et les eaux souvent froides de La Niña) et les variations de pression de l'Oscillation australe de Walker; on a donc nommé le phénomène « El Niño-Oscillation australe » (ENSO).

Citation :
Causes de La Niña
On pense que La Niña survient à cause d'un renforcement de la circulation normale des alizés. Normalement, ces vents soufflent vers l'ouest, poussant l'eau de surface chaude vers l'Indonésie et l'Australie, ce qui permet une résurgence d'eau plus froide le long de la côte de l'Amérique du Sud. Pour des raisons encore mal comprises, ces alizés se sont périodiquement renforcés, ce qui a accru ainsi la quantité d'eau plus froide vers la côte de l'Amérique du Sud et réduit la température de l'eau.



L'accumulation supplémentaire d'eau plus froide vers la côte de l'Amérique du Sud cause un accroissement de la formation des nuages convectifs épais vers le sud-est de l'Asie, ce qui se traduit par des conditions plus humides que la normale en Indonésie pendant l'hiver de l'hémisphère Nord.

Les changements qui se produisent dans le Pacifique tropical sont accompagnés de grandes modulations du courant-jet aux latitudes moyennes, ce qui décale le point où celui-ci traverse normalement l'Amérique du Nord. Du fait de ce décalage, les tempêtes ont une force et une trajectoire très différentes. Les changements atmosphériques d'ensemble induisent des anomalies de température et de précipitations sur l'Amérique du Nord, lesquels peuvent durer plusieurs mois.

Source: http://www.msc-smc.ec.gc.ca/education/lanina/what_is/index_f.cfm

À noter que la symétrie entre les phénomènes El Niño et La Niña n'implique aucune régularité en termes de chronologie ou d'intensité : ainsi, on a relevé par le passé davantage d'épisodes El Niño que d'épisodes La Niña ; de plus, un épisode El Niño fort n'est pas forcément suivi d'un épisode La Niña fort, et d'ailleurs, un événement El Niño n'est pas obligatoirement suivi d'une période La Niña (seul le tiers environ des cas examinés depuis plus de 130 ans mettent en évidence une telle corrélation).

A noter que l'Eté 2007 ne fut pas étouffant dans l'hémisphère Nord, ce qui pourrait bien être un des effets de la Nina.

Citation :
“La Nina”, le courant exceptionnel refroidissant les températures des surfaces de l’Océan Pacifique, est aussi puissant que son frère « El Nino ». Les effets du réchauffement climatique sur leur cycle ont besoin d’être surveillés et contrôlés d’après les scientifiques britanniques.

Le phénomène “La Nina” pourrait bien empêcher les étés étouffants à travers le monde entier cet été, même s’il a aussi été associé aux inondations en Asie et pourrait apporter plus d’ouragans à l’Océan Atlantique, d’après les météorologues. “La Nina” est exactement la face opposée de El Nino, c’est un cycle qui va de l’un à l’autre. » a déclaré le météorologue Matt Huddleston, lors de la conférence tenue par le Met Office, le centre national de météorologie britannique.

Cf cet article de Juin 2007: http://www.actualites-news-environnement.com/20070608-la-nina-el-nino.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culte-de-la-nature.skynetblogs.be
 
La Nina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nina el nino
» La NINA actuel est l'un des plus puissants depuis un siecle....
» Nina la chienne de Brigitte Bardot perdue
» Apocalyptica/Nina Hagen - Seemann.
» NINA HAGEN SE CONVERTIT AU CHRISTIANISME !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Réchauffement climatique :: LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE :: LES OCEANS :: LES COURANTS MARINS-
Sauter vers: